Biga Ranx : « J’ai vraiment fait ce que je voulais sur « 1988 » »

Biga Ranx 1988

Biga Ranx, référence du vapor dub français

Depuis On Time en 2011, Biga Ranx enchaîne assez facilement les projets et propose ainsi à son public des nouveaux morceaux chaque année. Son dernier album 1988, pour l’année de sa naissance, est sorti début juin. On y retrouve notamment son frère Atili Bandalero avec qui il est très proche. Il sera sur la scène de Les Nuits Courtes le 21 octobre prochain.

 

Tu as baigné dans la musique reggae dès ton plus jeune âge, quels artistes ont eu le plus d’importance pour toi ?

​Yellowman (musicien, compositeur et deejay jamaïcain de reggae et de dancehall), mais d’autres styles et artistes m’ont également influencé.

Peut-on qualifier ta musique de reggae moderne ?

​C’est plutôt du vapor dub, qui est dérivé du vapor hip-hop​.

Comment décrirais-tu la relation que tu as avec ton frère (Atili Bandalero), lui aussi dans la musique ?

C’est lui qui m’a poussé et on se suit ; d’ailleurs nous sommes ensemble sur cette tournée « 1988​ »​, ce qui remet un grain de nostalgie .

Des morceaux de ton album Nightbird ont beaucoup tourné sur Radio Nova, comment as-tu ressenti cette notoriété grandissante ?

​Ça fait toujours plaisir d’être suivi par une radio, d’ailleurs mon frère et moi avons une chanson chacun sur la dernière compil’ « Nova Tune ».​

Qu’est-ce qui a changé entre la conception de Nightbird et de 1988 ?

​J’ai vraiment fait ce que je voulais de A à Z sur 1988, de l’écriture à la compo. Je pense que c’est pour cela que ça se ressent.

En clin d’œil à la pochette de ce nouvel opus, tu es plus magnétoscope ou casque de réalité virtuelle ?

Magnéto pour sûr : quelle belle époque ​! Mes prochains clips auront d’ailleurs un esthétique liée à l’année 1988.

Si tu devais faire un feat inédit avec un artiste (vivant ou non), lequel serait-ce ?

​Yellowman car c’est un vieux de la vieille et j’ai eu l’honneur de partager sa scène à mon dernier voyage en Jamaïque.​

Jusqu’ici, quel est ton meilleur souvenir de festival ?

​Les tournées sont tellement pleines en émotions qu’il est très dur de choisir un moment T, mais les rencontres et les ressentis ​en font des moments hors-normes.

Biga Ranx
Samedi 21 octobre à Fontenay-Le-Comte
Scène René Cassin – Festival Les Nuits Courtes
Réservations

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Envoyer par mail

Powered by