Donel Jack’sman : « Il y aura aussi de l’émotion, des larmes et peut-être un tigre à la fin… »

Donner Jacksman Nantes Fifou

De Jul à la NBA

Donel Jack’sman propose un stand up universel qui abat les préjugés des « seuls en scène ». Il se livre, se dévoile, s’engage tout en vous faisant rire. La date est unique, son spectacle aussi, venez donc mettre quelques paniers avec le frenchie americanisé.

 

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans le stand up ?

Ce que j’aime c’est la liberté de ton et le fait de parler en son nom, je pense ci, je pense ça ! C’est mon point de vue, ma vision des choses ! Je ne joue pas un personnage ! Il y a un côté mégalo dans la démarche mais aussi une façon d’assumer et de se livrer qui est beaucoup plus sincère que dans le sketch traditionnel.

A quel âge t’es-tu lancé ?

Je me suis lancé dans le théâtre à la fac, ensuite sont arrivés les cours Florent, puis le stand-up ! J’avais 25,26 ans par là.

A quoi doivent s’attendre les spectateurs en terme de contenu ?

Ceux qui me connaissent savent que mon style est drôle, percutant, engagé, touchant et bienveillant pour les autres sachez qu’il n’y a pas que ça ! Il y aura aussi de l’émotion, des larmes et peut-être un tigre à la fin…

Adaptes-tu ton texte au fil de tes dates ?

Mon spectacle est très écrit et j’y tiens ! Après je me laisse une marge d’improvisation beaucoup plus grande quand je suis en tournée. J’aime prendre le temps d’écrire 2,3 trucs sur la ville en arrivant ! Et Nantes est une ville que je connais assez bien donc ça va être cool !

Ta vidéo sur le rappeur Jul cartonne en ce moment. Waly Dia a fait également un excellent sketch sur ce thème. Le rap est-il devenu une véritable source d’inspiration pour les « seul en scène » ?

Oui elle a fait + de 8 millions de vues sur facebook ! Le sketch de Waly et le mien même si il traite du même sujet ont 2 approches totalement différentes. Moi je suis plus sur le côté sociologique de la choses. Et je me suis un peu lâché sur Jul et Maitre Gims on va dire. (rires)

Auparavant, le milieu hip hop était plutôt dénigré par les humoristes. La nouvelle génération vit avec, penses-tu qu’il y a une évolution globale de la société à ce sujet ?

Le hip-hop a toujours été dénigré par les gens qui ne comprenaient ou n’essayaient pas de le comprendre ! Ils le percevait comme une mode passagère, un truc de jeunes, de banlieues, issus de l’immigration, violents et analphabètes ! Un peu comme le stand-up à ses débuts d’ailleurs… Mais aujourd’hui c’est le courant musical qui vend le plus en France, qui est le plus regardé sur le net, qui influence le plus et surtout qui rapporte le plus d’argent ! La société est obligée de s’adapter sinon elle est dépassée ! Les artistes de standup ont toujours été très proches des artistes de hip-hop et les ont toujours chambré avec affection ( Jamel Debbouze et Joey Star, Le comte de Bouderbala et les fautes d’orthographe des rappeurs, mon sketch sur Jul etc. ).

Tu alternes les maillots NBA lors de tes spectacles ? Combien en as-tu ?

Oui c’est mon identité visuel pour ce nouveau spectacle qui s’appelle « On ne se connaît pas ! On ne se juge pas ! » C’est une façon de dire « Arrêtons les aprioris, les jugements, les stigmatisations, venons avec nos différences et passons tous ensemble un moment de rigolade sous le signe du rire et de la bienveillance ! » Je joue en maillot de basket des plus grandes stars de la NBA de mon adolescence et c’est aussi un clin d’œil à mon passé de basketteur !

A Montreux, tu as privilégié le polo par peur des suisses ?

(Rires) Ce Montreux était avant mon nouveau spectacle et avant que je porte des maillots de baskets, à cette époque je portais des polos. A chaque spectacle je change de tenue ! Le prochain je serai peut-être en costume, en djellaba ou torse nu qui sait. (rires)

As-tu déjà joué à Nantes ? Connais-tu la ville ?

J’y étais il y a 2 semaines à la Cité des Congrès en 1ère partie de Kheiron et j’y ai beaucoup joué à l’époque du festival Juste Pour Rire. C’est une ville que je connais et que j’affectionne tout particulièrement ! Elle est jeune et pleine d’énergie positive ! C’est un bonheur d’y être !

Un petit mot pour ceux qui te verront samedi soir au Théâtre 100 Noms ?

J’ai hâte de vous retrouver sur scène ! C’est la première fois que je vais jouer ce spectacle chez vous donc soyez au rendez-vous ! Avec vos vos amis, vos familles , vos chéri(e)s, qui vous voulez ! Une chose est sûre, samedi je mets le feu au théâtre 100 noms !

 

Donel Jack’sman
Samedi 25 novembre à 21h15
Résas : theatre100noms.com

Propos recueillis par Alban Chainon-Crossouard
© Photo : Fifou