Scopitone explore les abysses numériques et électroniques

Scopitone 2017 La Boîte

Chaque année, Scopitone revient et étonne toujours plus. Un festival avant-gardiste et diversifié qui évolue au fil du temps au sein de la Cité des Ducs.

 

On ne peut limiter le festival à ses deux Nuits Électro qui sont le cœur de la programmation. Autour de ces deux soirées s’articulent des workhops, installations, performances et autres tables rondes. Les arts numériques se joignent aux cultures électroniques comme Stereolux tend à le montrer lors de toute sa saison culturelle.
Une quinzaine de lieux emblématiques et atypiques accueillent une cinquantaine d’artistes, marquant ainsi la ville de son empreinte numérique. Plus de 50.000 festivaliers profitent ainsi de l’expérience Scopitone qui a connu sa première édition en 2002.

Du Jardin des Plantes à Stereolux en passant par le Château des Ducs de Bretagne, venez découvrir les nouveaux lieux du festival : le Musée d’arts de Nantes, la Maison des Arts de Saint-Herblain, Mediacampus … Construisez votre propre parcours en vous laissant porter par votre curiosité afin de faire de la ville un nouveau terrain d’expérimentation !

On vous propose un aperçu de cette programmation dense et cosmopolite.

 

Les Nuits Électro

Ils sont passés par Scopitone ces dernières années :
WOODKID – LAURENT GARNIER – BEN FROST – BOYS NOIZE – VITALIC
SIMIAN MOBILE DISCO – KID KOALA – GESAFFELSTEIN – CARL CRAIG – MR OIZO
DISCLOSURE – C2C – EROL ALKAN – 2 MANY DJ’S – AGORIA – THE RAPTURE
RICHIE HAWTIN – COLDCUT – BIRDY NAM NAM – PARA ONE …

#1 Vendredi

RECONDITE – MOTOR CITY DRUM ENSEMBLE – FLOATING POINTS – ANTIGONE – MICHAEL MAYER…

Coup de cœur : Michael Mayer

DJ, producteur, remixeur de génie, Michael Mayer est sans doute ce que l’Allemagne a fait de mieux en matière de musique électronique. Avant-centre du célèbre label Kompakt, qu’il a cocréé en 1998, il s’est émancipé de l’image très sobre qu’on avait de lui et semble capable, après vingt ans de carrière, de faire ce que bon lui semble. Son dernier album en date, &, explore toutes les branches de la techno et en invite les principaux chefs de clan, de Agoria à Gui Boratto. Et, bonne nouvelle pour vous, il est tout aussi fédérateur derrière les platines.

+ After by Abstrack de 5h à 10h du matin à l’Insula

#2 Samedi

JORIS DELACROIX – PANTHA DU PRINCE – ROMAN FLÜGEL – JEREMY UNDERGROUND – DOPPLEREFFEKT…

Coup de cœur : Joris Delacroix

Si tout réussit à Joris Delacroix, c’est qu’il y a une raison. Le DJ/producteur montpelliérain, actif depuis 2008, a vu sa carrière prendre des proportions impressionnantes ces cinq dernières années, grâce à une poignée de tubes tech-house incroyables, « Air France » et « Maeva » en tête. Au sein d’une scène dancefloor qui a fait le pari d’assumer son côté mélodieux, parfois maximaliste et en tout cas hyper-efficace, ce garçon est aujourd’hui l’un des artistes immanquables sur scène. Parce qu’il est l’un des seuls à offrir une expérience dancefloor aussi fédératrice qu’ambitieuse.

 

La Red Bull Music Academy

Samedi 23 septembre au Parc de Procé

16h : Conversation avec le public (sur réservation)
17h30 : Polaar Set / Performance sur les pelouses du Parc de Procé

La sensation electro-pop de l’année. Transfuge du duo Scratch Massive, Maud Geffray a scotché son monde avec un premier véritable album inspiré par un voyage en Laponie. En effet, Polaar développe un romantisme glacial, à mi-chemin entre darkwave et dream-pop, que la chanteuse et productrice s’empresse de transposer dans ses sets – où elle excelle également. Après un temps d’échange au Manoir de Procé, elle fera souffler un air d’Arctique aux oreilles d’un public éprouvant soudain, sous les frondaisons du parc, les rigueurs du climat polaire.

 

Les Expositions

Expositions en accès libre : Samuel St-Aubin, Guillaume Marmin, Nonotak, Wilfried Della Rossa & Before Tigers, Alistair McClymont, SoKANNO & yang02 …

Présentation de deux expositions qui nous ont particulièrement attiré :

Nikki Hock « Why, Why Ohh Why (YYOY) » / Trempolino

mer – jeu – ven : 12h – 19h / sam – dim : 14h – 19h

« La seule chose dont nous devons avoir peur est ”la culture de la peur” elle-même. » Frank Ferudi

De cet adage, le duo (constitué d’un musicien et d’un artiste multimédia), fait une pièce maîtresse, premier volet d’une trilogie annoncée. YYOY est conçue comme une performance et proposée également à Scopitone en mode installation. Elle façonne, sculpte, imagine de nouveaux territoires d’expérimentation. Ces derniers sont incarnés dans cet espace où le public est stimulé par le son spatialisé, l’obscurité, les éclats de lumière.
Cette démarche s’illustre tour à tour par l’expérience extrasensorielle, la perte des repères, l’anticipation de nos sentiments d’anxiété, d’une peur paroxystique et d’une insécurité omniprésentes, qui caractérisent nos sociétés contemporaines. Celle-ci est inspirée de théories scientifiques et sociologiques. C’est pourquoi YYOY est sans doute l’un des meilleurs moyens de braver nos peurs, un premier remède aux angoisses chroniques de notre siècle.

Nikki Hock est un artiste pluridisciplinaire qui s’attache à sculpter des espaces et environnements destinés à des expériences immersives, collectives et interactives. Diplômé du Amsterdam Theatre School, il poursuit un travail de recherche autour du corps et de l’implication du spectateur dans ses dispositifs artistiques. Il les conçoit comme des territoires d’expérimentation activés par différents médium (lumière, son, spatialisation, architecture).

Nonotak « Narcisse V.2 » / Jardin des plantes

11h – 20h // Nocturnes les vendredi 22 et samedi 23 jusqu’à 23h30

Selfies, Instagram, Snapchat et Facebook sont les modernes miroirs d’une génération qui n’en finit plus de s’admirer. Une fascination égotiste et une « civilisation du moi » qui ont inspiré le duo Nonotak pour Narcisse V.2. Cette sculpture cinétiqueest  composée d’une série de miroirs carrés, animés de mouvements ondoyants. Ici, plus que la puissance de notre « autoséduction », c’est l’impact de ces multiples reflets, amplifiés par la puissance sonore de l’installation, qui trouble et fascine. La géométrie scintillante de l’ensemble, les angles aigus de ses surfaces réfléchissantes, la façon dont la lumière diffractée transforme l’espace dans lequel elle est présentée. C’est ce qui donne toute sa force à cette mystérieuse installation.

Nonotak est un studio de création composé de Noemi Schipfer (illustratrice) et Takami Nakamoto (musicien et architecte). Ils s’intéressent à la création en connexion avec l’espace et sont à l’origine d’une série d’installations audiovisuelles, à la fois plastiques et numériques. Elles associent architecture, géométrie et musique. Les propriétés spatiales du son, de la lumière et des formes sont inscrites au cœur de la démarche du duo. Ils développent des architectures immersives, lumineuses et sonores, sous forme d’installations et de performances.

 

Soirée d’ouverture mercredi 20 septembre à 20h à Stereolux
Soirée de clôture dimanche 24 septembre à  18h

+ Le Goûtez Électronique + Ciné-concert au Cinématographe
+ Concerts dans des bars du collectif Bar-Bars + Concert au LU
+ Performance au Musée d’Arts + Performance de Jesse Lucas à Stereo …

Prog’ complète : stereolux.org/scopitone-2017
Event facebook

© photo : David Gallard – Clack
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Envoyer par mail

Powered by